International Alert et Yole Africa fêtent l’art de la paix à Goma

Le 21 septembre de chaque année le monde célèbre la journée internationale de la paix, une date qui coïncide avec les 30 ans de International Alert. Pour cette année 2016 International Alert en partenariat avec  le centre de création artistique Yole!Africa et ses partenaires ont choisi la ville de Goma pour  fêter cette journée à travers des activités artistique (l’art de la paix), notamment la réalisation d’une peinture murale à l’université Libre des Pays des Grands lacs (ULPGL) comme symbole de la paix.

dsc_3863

les artistes réalisent une peinture murale à Goma (ph: Benoit_MUGABO/YoleAfrica)

A Goma, dans l’enclos de ULPGL où la manifestation s’est déroulée, dans un climat de paix et de fraternité, Sous les cieux claires, un petit vent des arbres, assis dans des tentes,  plusieurs jeunes, étudiants et autres acteurs de la paix ont répondu présent à la journée internationale de la paix. « Tout commence bien au rythme  la paix comme mode vie » s’exclame Ganza Buroko, coordonnateur du centre de création artistique Yolé!Africa. Dans son discours, le recteur de l’ULPGL, Kambale KARAFULI est revenu sur l’importance du thème de cette année qui est « les objectifs de développement durable, composantes de la paix ». A son tour la directrice RDC de International Alerte, Maria a rappelé plutôt la mission de International Alert ; celle de la consolidation de la paix à travers des organisations locales de la société civile par la recherche, le plaidoyer, le renforcement des capacités, le dialogue inclusif, et la participation politique et citoyenne et de la campagne #ART4PEACE. Elle a aussi exposé le nouveau logo de son organisation au public, un logo plus explicatif dans sa vision.

A cette occasion, une grande activité artistique couronne la journée.  Boite de peinture et pinceau à la main, filles et garçons, sourire, connexion et concentration  se retrouvent cote à cote pour la réalisation de la peinture murale à l’ULPGL.  L’activité n’a pas seulement réussi à réunir plusieurs acteurs de la communauté du  Nord-Kivu  mais aussi à intégrer l’aspect genre dans l’art et la recherche de d’une paix durable. Toute une histoire de vie, de rêve, des passions et bientôt une bonne réalité, cette mure doit nous rappeler chaque fois notre engagement à la consolidation et au sauvegarde de la paix.

dsc_3051

Un homme et une femme en pleine réalisation de la peinture murale à Goma (Ph: Benoit_Mugabo/YoleAfrica)

Que signifie la paix pour les participants ? Tout le monde à cette activité a écrit sur un papier le mot qui symbolise la paix selon ses attentes. Il était remarqué certains mots repris comme Justice, Femme, Amour, tolérance, cool, droit, transparence.

Dans cette ambiance,  les danseurs du groupe, NewYoungCompagny,  volontaires pour la paix ont aiguillés un public sur le thème du dialogue pour la paix qu’ils ont interprété par des pas de break dense. Emu par des œuvres artistiques, le public se dit engagé à la recherche de la paix.

dsc_4151

certains danseurs de New young Compagny sur scène pour la paix 

Signalons que la réalisation d’une peinture murale pour la paix s’est déroulé dans plus des seize pays du monde.

N’oubliez pas de partager ou de laisser un commentaire !

Dans un commentaire dites en un mot que signifie la paix pour vous et expliquez-vous brièvement !

Advertisements

Pourquoi s’intéresser aux violences sexuelles et basées sur le genre ?

IMG_7850

Les participants à l’atelier de réflexion(ph: innocent Buchu)

Le ministère de la Justice et Droits humains de la RDC a initié du 16 au 18 décembre 2015 à Goma, en province du nord kivu, un atelier de réflexion sur les enjeux de la politique pénale en matière de violences basées sur le genre(VSBG), à l’aube du 10e anniversaire des lois N°06/018 et 06/19 du 20 juillet 2006, à l’intention des plus hautes autorités judiciaires mais également les acteurs de terrain.

C’est avec l’appui du Programme d’Appui au renforcement de la Justice à l’Est de la RDC (PARJ-E) « Uhaki Safi» qui est un programme du gouvernement de la RDC, financé par les Fonds Européens de Développement (FED) de l’Union Européenne, la Belgique et la Suède.

Cet atelier de trois jours avait pour objectif général de mener une réflexion sur les enjeux de la politique pénale en matière de violences sexuelles, et spécifiquement de contribuer au bilan de la loi sur les violences sexuelles basées sur le genre sous l’angle judiciaire à l’aube de son 10e anniversaire.

Le directeur de cabinet du ministre de la Justice et Droits Humains a avant tout expliqué que la lutte contre les violences sexuelles est une préoccupation constante du gouvernement de la RDC. Pour lui, la lutte contre les violences s’observe à deux volets : le volet normatif qui revient au gouvernement et l’application de ces normes revient aux cours et tribunaux.

« Pour sa part, le gouvernement, grâce au parlement, a fait voter des lois et ces lois sont entrain d’être appliquées par les cours et tribunaux. Et ça fait bientôt 10 ans, il est tout à fait normale que les deux composantes fassent le bilan » a renchérit monsieur Gérard NKATA.

« Il est important que les autorités judiciaires (acteurs de terrain ou la haute hiérarchie) puissent livrer leurs analyses, leurs expériences, pour contribuer à la distribution et à la gestion de la politique pénale adaptée aux réalités congolaises» a souligné monsieur Hubert Nzakimuena, régisseur du PARJ-E « Uhaki Safi ».

Bilan et enjeux de la politique pénale de la RDC !

Qu’est ce qui a marché ou qu’est ce qui n’a pas marché ?

Dans son discours prononcé au nom du ministre Rd congolais de la justice, le directeur de cabinet, monsieur Gérard NKATA a rappelé que les guerres qu’a connu la RDC à partir de 1996 ont occasionné la recrudescence des violences sexuelles dans la partie Est du pays faisant des millions de victimes particulièrement les femmes.

Quatre communications ont enrichi le débat, c’est notamment ; – la communication sur « L’Etat des lieux de l’application de la loi VSBG par les autorités judiciaires (police, juridictions, et offices civiles et militaires) de l’instruction à l’exécution » exposée par le Professeur Gabin Bady Kabuya, de l’université de Lubumbashi. Il a qualifié de ‘’protectrice’’ et ‘’discriminatoire’’ la politique pénale de la RDC.

Suivie de la communication sur le rapport de monitoring judiciaire sur la répression des violences sexuelles de 2010 à 2014, présentée par les experts du PNUD. D’après ce rapport les cas de violences sexuelles sont en baisse devant la justice sans pour autant dire que ce genre des cas a diminué. Cela suppose que la population n’a pas confiance en la justice congolaise.

L’acteur judiciaire a toujours besoin d’un médecin légiste pour des consultations médicales de la victime et parfois du présumé auteur du crime ; c’est pourquoi une communication sur l’administration de la preuve en matière de violences sexuelles a été développée par un expert de l’hôpital Heal Africa.

Cet atelier de réflexion s’est clôturé par une restitution en plénière des travaux en carrefour dans lequel les recommandations étaient fournies au ministère de la Justice suivi d’une discussion globale.

Le ministère de la Justice et Droits Humains a confirmé que les recommandations formulées pendant ces assises seront prises en compte !

« Face à la nécessité de prévenir sévèrement les infractions rapportant aux violences sexuelles et d’assurer une prise en charge systématique des victimes de ces infractions, des nombreuses études s’étaient penchées sur la question !»