Projection de trois films de Goma dans le huitième Congo in Harlem

True Walker Productions, Friends of the Congo, et Maysles Documentary Center ont organisé le huiteme annuel Congo in Harlem du 20 au 23 octobres 2016 à Maysles Cinema, à New York. Goma a été à cette occasion, bel et bien présente à l’évènement par  trois films des réalisateurs Hubert Bonk, Muhindo Abraham et Modogo Aron.

cih8-postcard-front

Congo in Harlem est une série de films sans but lucratif produit par True Walker Productions, Friends of the Congo, et Maysles Documentary Center. Pendant trois jours les participants ont assisté à une série de films, ceux de Goma y compris. « Ennemi du Temps », un  film court métrage de 12 minutes réalisé à Goma  par Muhindo Abraham. Une narration, fiction d’une femme, « Sifa, dans l’obscurité, attirée par l’obstacle de la réalité, se retrouve coincée entre le futur, le présent et le passé. Cette catastrophe pousse à traverser au fil du temps, derrière lequel sa réalité est cachée ». Rappelons que ce film a été sacré meilleur court métrage par « Goma capital du cinéma » dans le Congo International film Festival (CIFF) organisé en juillet 2016 par le centre d’échange et de création artistique Yolé!Africa qui prône la paix et la cohabitation pacifique à travers des activités artistiques à Goma en République Démocratique du Congo. Ennemi du temps a été projeté le premier jour de l’évènement c’est-à-dire le 20 octobre.

Un autre court métrage de 11 minutes, Kubuni, le deuxième film de Goma  projeté dans Congo in Harlem. Cet autre film fiction signé Modogo Aron son réalisateur, il raconte l’histoire « d’un écrivain, pris entre deux mondes, choisit un chemin inattendu ». Projeté en juillet 2016 à Goma avec un autre film « Kiomulozi » dans le quelle une de ses actrices, Amanda Uwimana  a remporté le prix meilleur actrice dans le CIFF. Ce film est apparu sur les écrans le deuxième jour de l’activité Congo In Harlem le 22 octobre 2016.  Le réalisateur Aron Modogo pense que ce festival est une opportunité, « c’est une occasion de voir les choses autrement, un temps de recevoir les critiques des spectateurs mais aussi de se mesurer pour s’améliorer».

Congo In Harlem a été ainsi clôturé le dimanche 23 octobre par un autre film « Trans-Ville », qui signifie « transport en commun » dans un langage de Goma, ce court métrage a été tourné en cette année 2016. Pendant 6 minutes, Hubert Bonk rend hommage à la femme forte, la femme qui ne baisse pas le bras, dans ce film portrait documentaire d’un groupe pionnier des conducteurs d’autobus féminins à Goma, dans l’est du Congo. Un film qui explique l’aspect genre dans la ville de Goma. Son réalisateur, Bonk pense plutôt à une ouverture pour les réalisateurs de sa génération. Content de voir son film projeté, il croie qu’il a envie de faire mieux et de partir au-delà pour produire plus dans l’avenir.

Pour valoriser le cinéma congolais et créer l’éveil de conscience de la jeunesse congolaise, Congo In Harlem a consacré ainsi trois jours, non seulement d’évasion mais aussi d’échange autour des tables rondes, des spectacles et des événements spéciaux axés sur  l’histoire, la politique et la culture de la République démocratique du Congo.

Goma : Bilsen et Buterinote lancent le CIFF 2016

Deux films ont inauguré la 11ème édition du Congo International Film Festival ce Samedi 02 juillet 2016 à Goma, dans l’Est de la RDC.« The Earth of my Art » de Alif Buterinote et « Elephants dream » de Kristof Bilsen retracent respectivement le pouvoir de la culture africaine et l’espoir du Congolais malgré les défis lié à sa vie au quotidien.

Martin_Lukongo_ML_CIFF_GOMA_YOLEAFRICA_2016

vue d’ensemble des participants lors de  la projection de film au lancement du CIFF 2016 à Goma ( Ph Martin_Lukongo/YoléAfrica)

Par Innocent Buchu

Sous un ciel ouvert au bord du lac Kivu, il est 19h quand le directeur artistique de Yole!Africa ouvre  la onzième édition du Congo International Film Festival.
Autorités politiques locales, opérateurs culturels, réalisateurs locaux et internationaux et amoureux de l’art sont au rendez-vous.
Finis les différents discours, les projecteurs sont éteints, seul l’écran géant reste illuminé par le rétroprojecteur. C’est le moment crucial de la soirée, la projection des deux films d’ouverture du CIFF 2016 : « The Earth of My Art » (La terre de mon Art) du réalisateur Gomatracien Alif Buterinote et « Elephants dream » (Rêve d’éléphants) du belge Kristof Bilsen.

«The Earth of my art » ou la force de la culture africaine

« Il est bizarre qu’on continue à s’entretuer comme des animaux. Il est temps que l’Africain comprenne qu’il est capable de finir cette inlassable guerre. Sa seule arme, c’est sa culture qui est plus forte que toutes ces atrocités », Alif Buterinote jeune réalisateur Congolais après la visualisation du film.

Originaire de la province du Nord-Kivu, la province la plus connue de la RDC pour la recrudescence de la violence, Alif Buterino est touché par la situation sécuritaire de sa terre natale. Dans ce court métrage de 17 minutes purement artistique, il dénonce la main noire qui dirige sournoisement la guerre en RDC.
Malgré tout, ce jeune garde espoir. Pour lui, il y a toujours une brèche de sortie de crise car malgré toutes les menaces et atrocités, l’Afrique résiste à travers sa culture.

« Elephants Dream »

« Le Congo est  un géant au milieu de l’Afrique, au lieu  de raconter des histoires horribles comme on le voit souvent, je pense qu’il est temps de montrer la réalité de la vie quotidienne du Congolais, la passion qui le caractérise, l’amour, l’espoir, le doute »,le réalisateur Kristof Bilsen à travers les applaudissements de l’assemblée.

Pourlui, il est important aux  réalisateurs d’aller au-delà de la politique et de montrer d’une manière humaine cette lutte que mène le Congolais pour surmonter les différents défis liés à sa vie au quotidien.
Ce titre « Elephants dream », c’est pour monter cette grandeur d’âme et cet espoir dans un univers où tout semble ne pas aller, a-t-il martelé.

La soirée se clôture autour de 22H, ce premier jour ouvre une série d’activités qui continuent jusqu’au 10 Juillet 2016 : Ateliers de formation, table ronde, projections des films,…

CIFF : La grande messe annuelle du Film et de l’Art à Goma

Le centre d’échange et de création artistique Yole!Africa en partenariat avec ALKEBU Film Productions organise du 02 au 10 juillet 2016 la 11e édition du CIFF (Congo International Film Festival) autre fois appelé SKIFF (Salaam Kivu International Film Festival) à Goma. Dans le but de contribuer à la paix et la stabilisation durable à travers des manifestations artistiques et les renforcements des compétences dans ce domaine plusieurs musiciens locaux seront à l’honneur. Ils presteront devant un publique diversifié.

13321870_1092757217449605_5036872834474082172_n

Début juillet, des centaines de festivaliers, amoureux de l’art et invités en provenance de différents continents vont se rencontrer dans cette ville touristique de l’Est de la RDC. Grand et plus anciens Festival en RDC le CIFF a vu le Jour depuis 2005 en Province du Nord Kivu en ville de Goma sous l’initiative du Cinéaste Congolais Petna NDALIKO. Il rassemble chaque année les Cinéastes Congolais et étrangers autours de l’échange d’expérience pour un avenir commun. Dans le but d’encourager les œuvres locaux le CIFF  met en compétition plusieurs films locaux et décerne des prix à ceux qui seront meilleurs. Il offre également les séances de capacitation dans différents domaines de l’art aux personnes ayant souscrit à l’offre de formation sans aucune condition financière.

Pour agrémenter les moments forts de ce festival, différents artistes sont sélectionnés par le comité de l’organisation. Pour cette année, Muhinder MC l’un des artistes sélectionnés, affirme croire au management efficace pour la réussite de ce festival comme l’a été aux éditions passées ou il a presté.

Le CIFF considéré comme le principal parrain du film et de l’art en RDC ; Personne ne peux douter de la performance, du service de cette organisation qui du jour le jour expose les musiciens locaux (gomatraciens) à la scène internationale, explique NATI administrateur de musique chez YoléAfrica

Plusieurs artiste Musiciens se bousculent dans l’enregistrement des chansons en vue d’une sélection de ceux qui vont faire l’OpenMic, dont la condition principale est d’avoir un texte jugé pertinent par le jury de sélection.

Trois chansons des dix prévues, ont été enregistrées au studio de YoléAfrica de Goma dans les quelles au moins 12 artistes de la  « musique engagée » ont participé. La chanson far sera commune « Wake Up », écrite et réalisé selon le thème du festival choisit pour cette année « Plus Beau Qu’avant ».

Très interpellateur ce thème extrait de l’hymne national Congolais attire l’attention de plus d’un congolais et africain sur notre avenir commun.

Pour ces musiciens plus engagés comme jamais, le CIFF n’est que le début de nouvel élan de leurs carrières et une bonne occasion pour le monde entier d’intérioriser les messages prévus autours de ce grand thème Plus beau qu’avant.