Festival Amani 2016 : la troisième édition s’annonce !

Attendu pour ce grand événement « danser pour le changement et chanter pour la paix », le foyer culturel de Goma veut parvenir au public amoureux de la culture et de la paix son message de Bienvenu pour le festival Amani 2016.

DSC_0061

les organisateurs du festival Amani [ph. J-C Wenga]

par Innocent BUCHU

Du 12 au 14 février 2016, Goma va encore se mouvoir au ton de la musique. Tout le monde sera représenté ! Plusieurs artistes de musique et de danse, locaux, nationaux qu’internationaux vont agrémenter ce grand show de l’année gomatracienne, ont annoncé les organisateur du Festival Amani lors de la conférence de presse tenue ce 21 novembre 2015 au sein du foyer culturel de Goma.

Au rendez-vous musical, à l’international ; l’artiste Werrason de la Rd.congo avec ses pas de danse à la congolaise, NNEKA du Nigeria, au rythme du Hiphop aux paroles conscientes et engagées, Casimir Zoba du Congo brazza connu par son tube « Ancien Combattant », Joel SEBUJON de l’Ouganda, Aly KEITA, malien, et KAREYCE Fatso du cameroun.

Au niveau regional, l’artiste JC KIBOMBO et INNOSS’B tous deux de Goma EN RDC ; l’artiste KODE et Angel MUTONI tous deux du RWANDA.

Au niveau local, KEREN la Celine Dion gomatracienne, Melissa KASOKI et Wivine Windy du collectif KeyVoices et en fin l’artiste rappeur BlackMAN, tous de goma en RDC.

A la danser six groupes ont été retenu y compris le HIPHOP Street Dances.

rappeur Blackman et son pubic à saanaWeekend (ph; Innobuchu)rappeur Blackman et son pubic à saanaWeekend (ph; Innocent buchu)

Pour la phase préparatoire, enfin d’approcher le public progressivement du grand show, le festival Amani, Saana Weekend continue, tous les samedis comme d’habitude au Foyer cultuel de Goma.

Advertisements

Le fils du ghetto ravis de sa sélection

« Oui, j’ai été sélectionné », répond SADIKI 9 surnommé BIN-G pour dire ‘’Fils du Ghetto’’, de son vrai nom SADIKI Bin SAIDI. Micro à la main, chemise déboutonnée à la capuche et un jean lors qu’il nous donnait cette interview avant de monter sur le podium de GomaHipHopLive dans l’enclot du centre de création artistique Yolé ! Afrika.

BIN-G SADIKI 9 pose pour une photo après sa prestation dans GomaHipHop (ph Innocent buchu)

BIN-G SADIKI 9 pose pour une photo après sa prestation dans GomaHipHop (ph Innocent buchu)

Avec sa chanson « The time is now »(en Français ‘’il est temps’’ et ‘’Niwakati’’ en Swahili), un titre qui charme son publique.

« Ce qui m’a inspiré pour ce refrain c’est le thème du festival SKIFF (Salama Kivu International Film Festival) 2014 organisé par Yolé!Afrika » explique Bin-G. pour lui il est temps d’accomplir des grandes choses. Le gigantesque moment de réaliser son rêve, « c’est pour quoi je suis SADIKI 9, à mes yeux ce chiffre 9 est la plus grande des unités. Et moi j’ai un grand rêve ! »

Cet artiste se réjouit de sa participation à la première saison de l’émission Goma HipHop Live, « c’est génial comme idée » s’exprime t-il, pour le reste il se dit très optimiste sur la situation du Hiphop Gomatracien, dont «pour prester, la sélection commence à être conditionnée par la qualité du texte », comme c’est le cas avec Hiphop Live.

« Il ne faut pas profaner le Hiphop ! » crie Sadiki 9, très anxieux.

On ne fait pas ce genre de musique pour une seule personne (pas pour sa copine) mais pour plusieurs (l’univers entier) c’est-à-dire donner un messager pour changer les choses « grâce à la critique sociale, les propositions voire même la révolution sur une situation »

« Rien ne me fraye ! »Sourit-il, mais ce qui peut inquiéter notre star, c’est la liberté d’expression de son pays, dit-il.

On ne fait pas ce genre de musique pour une seule personne (pas pour sa copine) mais pour plusieurs (l’univers entier) c’est-à-dire donner un messager pour changer les choses « grâce à la critique sociale, les propositions voire même la révolution sur une situation »

« Rien ne me fraye ! »Sourit-il, mais ce qui peut inquiéter notre star, c’est la liberté d’expression de son pays, dit-il.